• Force, parole, liberté
Force, parole, liberté

Force, parole, liberté

Dans un de ses romans, l’écrivain anglais E.M. Forster recommande de ne pas « acquiescer à la tragédie », c’est-à-dire d e ne pas s’accommoder de la douleur au nom de la nécessité. L’auteur de Force, parole, liberté [CT1]oppose la rupture tragique à la continuité du récit et montre que ces deux points de vue se déduisent d’une conception radicalement opposée du temps. Si la tragédie met en scène rituellement le sacrifice de l’individu afin de restaurer la cohérence collective, transcendant la mortalité singulière en créant une éternité fixe de la souveraineté, l’utopie du récit transmet au singulier un lieu de nulle part en incessante métamorphose. Le tragique revient sur le passé en quête de signes afin de résoudre la crise du moment présent. Le récit projette passé et présent dans son propre au-delà, celui du sujet étreignant le devenir afin de le modeler. Cette manifestation de la force subjective dans la parole fonde la liberté. Goethe parlait, dans le Premier Faust, de la « force de l’homme, par le poète révélée ». Voir la suite

  • 2745347748

  • Champion

  • Bibl.litt.generale Et Comparee, numéro 151